198
PARTAGES

Paris : Un mur pour bloquer les consommateurs de crack


Délogés de la rue Riquet, dans le 19e arrondissement, les toxicomanes ont reconstitué un campement porte de la Villette. Au grand désespoir des riverains de ce quartier pauvre. Il n’a pas fallu deux jours pour que le double mur soit recouvert d’inscriptions. Des tags côté Paris, tout près du square de la porte de la Villette, ce jardin public où la police a installé les consommateurs de crack évacués de la rue Riquet (19e arrondissement). Côté Pantin, une main anonyme a tracé en vert quelques mots sur les parpaings tout juste assemblés : « Le mur de la honte. Merci Darmanin ». Un mur entre Paris et la banlieue. Construit en urgence par la police, il bloque le tunnel qui permettait de passer de la rue du Chemin-de-fer (19e arrondissement) à Pantin (Seine-Saint-Denis), et offrait un abri à certains sans domicile fixe. Ce mur constitue « une indispensable protection des habitants de Pantin », affirment le préfet de la région Ile-de-France, Marc Guillaume, et le préfet de police, Didier Lallement, dans un courrier adressé samedi à la maire de Paris, Anne Hidalgo. Pour l’Etat, il était indispensable de boucher le tunnel, afin d’empêcher les « crackers » de pénétrer trop facilement en Seine-Saint-Denis. 

par Benjamin - Source : LEMONDE - Crédits photos / vidéos : SABRINA DOLIDZE / DIVERGENCE