133
PARTAGES

Elle quitte son job à 90 000€ pour se mettre au chômage

Emilie, 36 ans, était cadre dirigeant pendant 10 ans au sein d’une grande banque et avait une vie très confortable à Paris. Elle avait tout pour être une heureuse, un grand appartement dans le quartier des affaires de la défense, des amis en or et surtout un salaire très confortable. Lors du confinement, enfermée chez elle, seule devant son écran d’ordinateur de bureau, elle se demandait si l’objectif de sa vie était de se lever le matin, d’ouvrir son PC, d’assister à des réunions en visio-conférence toute la journée et de travailler de nuit sur ses dossiers. Malgré son implication au travail, son manager était toujours insatisfait. Ses directives étaient parfois incohérentes, ses exigences étaient déraisonnables et sa surveillance excessive. Emilie souffrait en silence et s’est convaincue que c’était le prix à payer pour avoir une vie confortable. Plus les jours de confinement passaient, plus la pression de son manager s’intensifiait. Les appels téléphoniques à 8h, à 12H, à 21h, les SMS sur son téléphone personnel pour lui demander l’avancement d’un projet… Elle a eu un déclic quand un jour elle n’a pas pu se lever de son lit pour allumer son PC de bureau. Cette fois, c’était trop. Cette vie ne lui convenait plus. Elle a pris son courage à deux mains et a appelé son manager pour négocier une rupture conventionnelle. Aujourd’hui au chômage, son niveau de vie s’est nettement réduit, elle a dû quitter son appartement confortable de Puteaux et habite dans un logement plus petit dans le Sud de la France. Emilie se sent mieux et se dit heureuse. Elle s’adonne à sa passion : la pâtisserie. Sa chaîne culinaire YATOUBON sur Youtube fait un carton. Elle s’est fait remarquer par une marque culinaire de renom et envisage de collaborer avec eux. 

par Benjamin - Crédits photos / vidéos : FREEPIK