1179
SHARES

Un violeur acquitté car sa victime portait un string

La tenue vestimentaire de la victime a été utilisée pour disculper son violeur.
Devant le tribunal de Cork, un homme de 27 ans comparaît pour le viol d'une jeune femme de 17 ans.

Lors de son procès, l'homme reçoit le soutien de son avocate, qui, pour justifier l'acte du prévenu, ne va pas hésiter à brandir les sous-vêtements de la victime.

En effet, devant le tribunal, cette dernière argue "Vous devriez vous penchez sur la façon dont (la plaignante) était habillée. Elle portait un string en dentelle", insinuant que la jeune femme avait tout bonnement mérité d'être agressée sexuellement.

La défense ne s'arrête pas là, puisque l'avocate affirme que les deux protagonistes auraient flirté avant de se diriger vers une ruelle, pour entamer une relation sexuelle.
L'adolescente aurait alors finalement demandé à l'homme de stopper son initiative, ce qu'il aurait fait, selon ses dires.

Au terme de cette audience, le jury, composé de 4 femmes et 8 hommes, a décidé à l'unanimité que le prévenu était non-coupable d'agression sexuelle, et que la victime était en vérité consentante, malgré sa plainte.

Suite à cette décision judiciaire en Irlande, un mouvement de contestation est né, porté par le hashtag #thisisnotconsent (ce n'est pas du consentement), accompagné de photos de lingerie féminine.

Au parlement irlandais, une député a même brandi un string en pleine session afin de dénoncer le victim-blaming, la responsabilité des victimes, souvent mis en avant dans ce genre d'affaires, lorsque les agresseurs estiment que les femmes avaient provoqué leurs viols, notamment avec leurs tenues vestimentaires

Published 32 days ago by Cécilia - Source : bustle.com - Crédits photos / vidéos : storypick.com