1135
PARTAGES

Salah Abdeslam sort de son silence dans une lettre à un proche

S'il refuse de s'adresser aux juges, il s'est toutefois confié dans une lettre.

Placé à l'isolement depuis son interpellation, Salah Abdeslam refuse obstinément de parler devant les juges.

Sa correspondance est dépouillée par ses gardiens, dans la crainte qu'il ne prépare son évasion, ce qui ne l'empêche pas de répondre à certains de ses courriers.

Dans une lettre privée, dont Libération s'est fourni quelques extraits, il se confie davantage sur son extrémisme religieux, avec une orthographe approximative : "Je t'écris sans savoir par ou commencé, j'ai reçu l'ensemble de tes lettres et ne pourrais te dire qu'elle me font plaisir ou non, ce qui est sur c'est qu'elle me permette de passé quelque temps avec le monde extérieur. D’abord, je n’ai pas peur de faire sortir quelque chose de moi car je n’ai pas honte de ce que je suis et puis qu’est-ce qu’on pourrai dire de pire que ce qui ce dit déjà. Tu es sincère alors je vais l’être aussi, si je te demande les intentions de ta démarche c’est pour m’assuré que tu ne m’aime pas comme si j’étais une 'star ou une idole' parce que je reçois des courriers comme ca et je ne cautionne pas cela car le seul qui mérite d’être adorer c’est Allah, Seigneur de l’univers".

Il continue ainsi : "Je ne cherche ni à m’élevé sur terre ni a commettre le désordre, je ne veux que la réforme, je suis musulman, c’est à dire soumis à Allah qui m’a créé et qui par sa grace ma harmonieusement faconné ainsi que toi et tous ceux qui existe, a partir de la pluie il nous donne toute sorte de fruit pour nous nourrir. Est-tu soumise ? Sinon Alors dépêche toi de te repentir et de soumettre à Lui n’écoute pas les gens mais plutôt les paroles de ton Seigneur. Il te guidera".

Le terroriste recevrait de nombreux courriers "d'admirateurs", d'avocats souhaitant le représenter, ou encore d'inconnus qui s'interrogent sur sa foi. 

Publié il y a 309 jours par Cécilia - Source : lci.fr - Crédits photos / vidéos : Kenzo Tribouillard. AFP